Rocksteady dissèque Batman: la fin controversée d’Arkham City

De toute évidence, cette histoire sur la fin d’Arkham City contientSPOILERS! Tu étais prévenu!

Les derniers moments de Batman: Arkham City ont vu la disparition (supposée) du plus grand méchant de la franchise, Joker. Mais plus qu’un simple fromage "choc" moment pour faire parler les fans, Rocksteady a récemment déclaré à CVG que le sort de Joker avait été scellé dès le début et, pour eux, il n’y avait vraiment pas de meilleur moyen de terminer l’histoire.

Rocksteady dissèque Batman: la fin controversée d'Arkham City

"Il n’y avait pas de voix dissidentes, tant que cela était fait correctement, tant qu’il était clair que Batman n’était pas sorti pour le tuer – ce n’est jamais ce que Batman ferait," Hill a expliqué, rappelant les premières conversations avec DC Comics, Warner Bros.et Rocksteady développeurs. "Joker étant responsable de sa propre chute parce qu’il n’a pas pu résister à poignarder Batman dans le dos était quelque chose que nous pensions être une belle fin poétique pour lui."

Hill a déclaré que la mort de Joker était quelque chose que le studio avait prévu "assez tôt", et que c’était la conclusion naturelle d’une histoire qui a vu le méchant grincheux empoisonner Batman afin de trouver un remède à une maladie qu’il avait contractée lors du match précédent.

"Nous savions que les gens penseraient: « Évidemment, ils ne vont pas tuer Batman ou Joker, non? » Nous pensions que tuer Joker était une fin vraiment frappante. C’était presque tabou, comme si c’était quelque chose que nous ne pourrions jamais faire. Ce serait intéressant," Hill a dit.

Quant à la décision finale de Catwoman – c’est-à-dire de sauver Batman ou de foutre le camp de l’esquive – Hill a admis que "va-t-elle, n’est-ce pas" la fin était plus une décision de dernière minute, mais qu’il était trop beau de laisser passer.

Lisez l’interview complète, y compris les réflexions de Hill sur le multijoueur manquant, l’industrie du jeu au Royaume-Uni et comment Arkham City a encore quelques secrets, à CVG.

Aimez-vous l'article? Partager avec des amis: