Chronique de The Horseman

Venger la mort de sa fille par un crochet, un escroc et un pied de biche, &lsquo, l’expert en lutte antiparasitaire Christian (Peter Marshall) offs assez de lowlifes australiens pour faire honte à Mad Max.

"D’ya comme le football?" demande-t-il à quelqu’un, avant de lui faire quelque chose d’indicible avec une pompe de football, un moment qui passe pour la légèreté au milieu des bleus tristes et saturés qui submergent le film brutal mais affectant de vengeance de Steven Kastrissios.

Comme Dead Man’s Shoes avec deux fois la méchanceté, la moitié du mystère et beaucoup plus de mutilations génitales, le film est sauvé des accusations de torture pornographique par la performance émouvante de Marshall, ce qui rend palpable la douleur de chaque nouvelle atrocité qu’il est obligé de commettre.

Aimez-vous l'article? Partager avec des amis: